Fontevraud Tous nos sites

Le Magazine

« J’ai cru épouser un roi et non un moine »

Share on Facebook638Tweet about this on TwitterGoogle+0share on Tumblr0
Le 25 juillet 1137, Aliénor d’Aquitaine épouse Louis VII le Jeune. La jeune reine est ambitieuse et capable d’influencer son mari, fou amoureux d’elle. Mais au fil des années l’entente du couple est soumise à rude épreuve, le fort caractère de la duchesse d’Aquitaine s’accordant mal avec celui de son époux.

 

Le plus beau parti de France

En 1137, Guillaume X, duc d’Aquitaine, décède. Son fils, Guillaume, étant mort en 1130, l’Aquitaine et le Poitou reviennent à sa fille aînée, Aliénor. Selon les dernières volontés du défunt, la jeune fille est placée sous la protection du roi de France Louis VI « Le Gros ». Le 25 juillet 1137, Aliénor d’Aquitaine épouse le fils du roi, le futur Louis VII. Elle a à peine quinze ans, et lui seize. Leur mariage est destiné à asseoir l’autorité capétienne sur l’Aquitaine et le Poitou, où le suzerain détient peu d’influence. Rapidement, Aliénor saura tirer parti de l’emprise qu’elle exerce sur son mari : elle aurait favorisé l’union de sa sœur avec le sénéchal du roi et imposé la campagne de Toulouse afin de récupérer l’héritage de sa grand-mère.

 

 

Louis VII « le Jeune », le roi austère

La jeune reine installe avec elle à la cour de France poètes et troubadours, parmi lesquels elle a été élevée. Louis VII, son époux n’est pas d’un naturel aussi joyeux. Originellement destiné à une vie monastique, le jeune prince se retrouve propulsé sur le trône de France à la mort de son frère aîné. Fidèlement conseillé par l’abbé Suger, le roi préfère ainsi la compagnie de la Bible à celle de la Cour. Aliénor aurait confié : « J’ai cru épouser un roi et non un moine ».

 

L’impossible réconciliation

En 1145, le royaume est en liesse : la reine est enceinte. Mais, à la grande déception du roi et de l’abbé Suger, Aliénor accouche d’une fille, Marie. En 1147, à la suite d’un prêche de Bernard de Clairvaux, Louis VII part en croisade, accompagné de son épouse. Là-bas, leur relation se dégrade, et quelques chroniqueurs accusent la reine d’adultère avec son oncle, Raymond de Poitiers et prince d’Antioche. En 1150, Aliénor donne naissance à une autre fille, Alix. L’absence d’héritier à la couronne de France ajoute à la mésentente du couple royal.

En 1152, avec l’intervention de l’Eglise, leur mariage est annulé pour consanguinité.

De nouveau, plusieurs nobles convoitent la main du plus beau parti de France. Mais la duchesse d’Aquitaine est pleine de ressources : 8 semaines après l’annulation de son mariage, elle épouse Henri Plantagenêt.

Gisant d'Aliénor d'Aquitaine
Copyright Steve MUREZ
Share on Facebook638Tweet about this on TwitterGoogle+0share on Tumblr0

Commentaires

commentaires