Fontevraud Tous nos sites

Le Magazine

Henri Dutilleux / Le dernier des classiques

Share on Facebook17Tweet about this on TwitterGoogle+0share on Tumblr0
Né en 1916 à Angers, le compositeur Henri Dutilleux a construit son propre style en étant aussi attentif à la tradition classique qu’à l’avant-garde musicale du 20e siècle. Refusant tout dogmatisme, il nous a légué une œuvre profondément évocatrice.

« Surtout ne pas aller sur les sentiers battus. »
Henri Dutilleux

D’Angers au Grand Prix de Rome

Henri Dutilleux naît le 26 janvier 1916 à Angers. Toutefois, éloignée de ses racines par la Grande Guerre, sa famille retourne rapidement à Douai où il grandit. Ses parents, musiciens amateurs, entrevoient les dons musicaux d’Henri et lui font intégrer le conservatoire de Douai. Ceux-ci sont rapidement confirmés par le professeur Victor Gallois.

En 1933, le jeune musicien entre au conservatoire de Paris où il cumule les premiers prix : harmonie en 1935, contrepoint et fugue en 1936. Après un Deuxième Grand Prix en 1936 et un échec en 1937, Dutilleux obtient le Premier Grand Prix de Rome en 1938 grâce à sa cantate L’anneau du Roi.

Déjà assombri par le climat délétère de l’Italie fasciste, le séjour à la Villa Médicis est finalement interrompu au bout de trois mois. La guerre est déclarée et Dutilleux mobilisé comme brancardier.

L’émergence d’un géant de la musique contemporaine

En 1942, il est nommé chef de chœur à l’Opéra de Paris pour quelques mois puis il devient responsable des « Illustrations Musicales » à la Radiodiffusion Française de 1944 à 1963. Il refusera de publier tout le travail réalisé pour la radio durant cette période, jugeant qu’il n’a pas de sens hors de son contexte. Toutefois l’expérience est importante : elle permet à Dutilleux d’être au contact de toutes les tendances artistiques et de prolonger sa formation de compositeur.

Marié depuis 1946 à la pianiste Geneviève Joy, Dutilleux jouit déjà d’une renommée importante lorsqu’il décide de quitter la Radiodiffusion pour se consacrer à la composition. Pour autant, il ne délaisse pas l’enseignement. Après avoir été professeur de composition à l’École normale de musique de Paris, il est professeur au conservatoire de Paris de 1970 à 1984 et au conservatoire de Genève en 1984.

La consécration en toute humilité

Honoré et joué dans le monde entier, Dutilleux reste discret et modeste. Il vit essentiellement entre son appartement de l’Ile Saint-Louis à Paris et sa maison de Candes-Saint-Martin. En 2004, il rejoint Gabriel Fauré, Camille Saint-Saëns, et Olivier Messiaen dans le cercle fermé des compositeurs ayant reçu la Grand-croix de la Légion d’Honneur. Un an plus tard, il reçoit le Prix Ernst von Siemens, distinction prestigieuse souvent présentée comme « le prix Nobel de la Musique ».

Il s’éteint le 22 mai 2013 à l’âge 97 ans.

Share on Facebook17Tweet about this on TwitterGoogle+0share on Tumblr0

Commentaires

commentaires